Vers 1888, plusieurs peintres se sont réunis autour de Paul Gauguin avec la volonté de se distinguer du mouvement impressionniste. Leur mouvement fut intitulé le “Synthétisme”.


Ces artistes ne peignaient plus sur le lieu d'observation mais dans l'atelier, dans des conditions de quasi-laboratoire.


L'objectif était de retranscrire une image mentalement, en faisant la synthèse de l'image mentale reconstruite de mémoire. La technique consistait à marquer les contours, accentuer les couleurs, appuyer le trait,  éviter les détails et détacher l'essence sans réalisme exacerbé.


Cette installation ne tente pas de s'assimiler esthétiquement aux peintres synthétistes mais plutôt à leur démarche et leur philosophie.


Etonnant travail d’animation graphique temps réel, l’oeuvre est un challenge de l’infographie: comment reproduire une scène en 3D avec des formes géométriques élémentaires (segments,  points) sur laquelle le visiteur peut intervenir par l’unique biais des ses déplacements.


Premières diffusions au Pluto Festival Belgique en novembre 2011 puis à l’ECM de Saint Quentin-Fallavier en mars 2012.

Synthétisme